Redevenir loup...

Publié le par la cachette d'Emma


J’aurais voulu être une géante et me désaltérer dans le Rhône...

J’aurais voulu devenir d’albâtre, devenir pierre, m’ancrer dans la terre, jaillir d’elle et n’avoir qu’une seule trajectoire, l’immensité d’azur, vertigineuse et brûlante…

Quand j’ai revu  la blancheur minérale, le bleu immaculé, le vert d’argent des feuilles d’olivier, après tant d’années d’absence, tout, j’ai tout  retrouvé, tout ressenti…


Comme si j’avais encore 15ans et que je filais dans les rues d’Arles aux heures les plus chaudes, que je montais en haut des arènes, en face à face avec l’implacable lumière de l’astre à son zénith…Comme quand je m’échappais furtivement et que je caracolais dans les ruelles, le pied sûr et déterminé, les mains caressant les murs blancs et frais. J’aimais m’échapper de la maison quand tout le monde dormait de cette sacro-sainte sieste si chère aux autochtones…

Comme un défi, je refusais d’être accablée par la chaleur et de ne pas voir la ville déserte…De ne pas entendre mes pas dans les ruelles, de ne pas avoir, l’espace de quelques heures, la ville des bords du Rhône, la prêtresse blanche et sauvage, rien que pour moi…Veiller sur elle, témoigner de sa beauté, m’offrir à sa puissance, être sa confidente et écouter, sentir, éprouver, me souvenir par chaque pore de ma peau, par chaque souffle, par chaque geste, tout ce qu’elle avait à dire…Elle m’a un peu faite, je crois….

Je grimpais certains après-midi tout en haut des arènes et je m ’allongeais sur la pierre blanche…Je retirais quelquefois mes sandales, juste pour sentir la morsure de la pierre chaude…Je fermais les yeux, puis prudemment, en ouvrai un et m’amusais avec les rayons du soleil…Me suis-je quelquefois tellement enivrée de lumière et de chaleur que j’en ai perdu conscience ??? Je me le suis demandé quelquefois…

Et force est de constater que oui, je jouais bien avec le feu…Mais quel feu !!! Pas d’alcool, pas de substance spatio-temporelle, pas de rencontres fusionnelles, rien de tout cela, ou mieux encore peut être…Je me droguais de lumière et de chaleur, poussais jusqu’aux limites du tolérable ma résistance et plus d’une fois je crois, je suis passée de l’autre côté….abolissant le temps, l’histoire et les lieux…De la pierre brûlante, j’ai entendu mugir les clameurs de la foule assoiffée de sang venue se divertir aux combats de gladiateurs…

Je suis devenue Antigone, éperdue de révolte, Hermione digne et sauvage, Phèdre et Gorgone parfois, Athéna aussi, et Diane…Je rentrais dans les légendes, les revivais, m’imprégnais de leurs puissances. Je m’abreuvais de mythes, volais de sommet en sommet, me brûlais de ses passions passées qui ont bâti le monde…
Et qui demeurent encore quelquefois dans certains coeurs volcaniques, dans certains esprits tumultueux de certains Hommes, avides de toujours, perclus de jamais....

Si on gratte le vernis qui aujourd’hui s’écaille de plus en plus, je sais que c’est cette lumière là, aveuglante et sauvage qui rejaillira…J’espère qu’elle sera intacte et que je serais digne de retourner à l’état sauvage, plus forte encore d’avoir appris que tenter de se domestiquer pour paraitre moins abrupte, plus aimable, est un leurre…J’aurais essayer d’apprendre et de comprendre mes congénères…

Mais toujours le regard du loup m’aura été plus familier, toujours, l’envol des grands ducs dans les Alpilles à la nuit tombante, m’aura bien plus troublée et émue et fait éprouver cette ivresse vitale sans laquelle je ne suis rien…

L’eau salée qui glisse sur la peau, ce silence enveloppant et habité des abysses, quel congénère me l’a jamais faite retrouver ? Le vent qui mord et nous rend si vivant, la pluie à laquelle on s’offre…Les montagnes qui vous donnent encore l’espoir qu’il existe des espaces libres et inconnus…Quel esprit, quel cœur, quelle âme ne fut jamais capable d’offrir cela ???

Je voudrais redevenir louve, gorille, ours, cétacé ou condor…Je pense que mon karma s’est trompé…

Je n’étais pas prête pour devenir humaine…



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jeanne 22/05/2011 16:49


promenade dans tes mots
tes photos
je me suis arrêée sur arles qui est à 1/2 heure de chez moi
c'est une ville que j'aime
j'aime son bord de rhone
j'aime ses vieilles pierres
ses rues
où il faut marcher un peu le nez en l'air !!!
tes mots rendent bien cette chaleur des après-midi
tous les provencaux ne font pas le sieste !!!
rebelle journée
je t'embrasse


boubou 06/03/2010 15:52


Hé hé! Une sudiste! Cool!


Anbleizdu 28/10/2009 19:22


Mon vrai prénom : Yoann !!
J'utilise plus mon pseudo que mon vrai nom alors pas de soucis de ce côté là !!! ;)


Anbleizdu 27/10/2009 17:24


Merci pour la balade !!! ;)


la cachette d'Emma 28/10/2009 19:05


Ouiiiii, Bienvenue à toi...heuh, je ne sais pas ton prénom, mais...toi:-)))
Heureuse qua ma petite balade au pays de ..moi et de mes souvenirs et...du Sud quand même et surtout:-) t'aient plu!


Steph 15/10/2009 11:28


Très beau récit, j'aime bcp, très poétique...
Heureusement que je suis venu faire un tour, pas reçu d'avis de parution :-((
Bizz